28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 22:52


Le jour même du début de la discussion parlementaire sur le projet de loi concernant le service public de l’audiovisuel et pour la troisième fois cette année, plusieurs milliers de manifestants ont battu le pavé parisien jusqu’aux abords de l’Assemblée Nationale. Dès le matin, les chiffres communiqués par l’intersyndicale étaient éloquents : la grève était très largement suivie. La plupart des journaux n’ont pu être diffusés , le taux de grévistes passant souvent les 80%, hiérarchie comprise dans bien des cas. Il faut avouer que la droite n’a pas fait dans la dentelle, nombre de ses parlementaires agissant ces derniers jours en commission comme de simples porte-voix des groupes privés en allégeant encore les ponctions prévues sur leurs recettes publicitaires et sur les opérateurs de téléphonie mobile. Ainsi la grande manœuvre de déstabilisation du service public devient-elle parfaitement lisible : assécher les ressources publicitaires, rendre aléatoire le financement public et serrer plus encore le lien avec le pouvoir politique dominant. En outre se profile un départ (plus ou moins ) volontaire de 900 salariés quand l’avenant audiovisuel à la convention collective qui protège les journalistes semble être mis en péril. Tout y est désormais et seule une mobilisation plus vaste encore est de nature à intimider le pouvoir.
Publié par PG 45 - dans Audiovisuel - Presse écrite - Radio

Rejoignez nous !

Adhérer - Contacter - Forum

adhesion.png

Pour nous contacter dans le Loiret : cliquez ici

Pour rejoindre le forum
(réservé aux adhérents 45) : cliquez ici