18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 16:02

bella-center.jpg

Note d'analyse (n°3) de la délégation du Parti de Gauche présente à Copenhague


A moins de 24 heures de la fin du Sommet, les deux questions majeures pour parvenir à un accord à Copenhague ne sont toujours pas réglées : le niveau des engagements des différents pays sur les réductions des gaz à effet de serre (GES) et les mécanismes de financement pour l'adaptation des pays pauvres et émergents. De l'avis des observateurs et de nombreux délégués, on s'achemine irrémédiablement vers une simple déclaration politique, pas un accord avec objectifs et moyens contraignants.


Réduction des GES : le compte n'y est pas


Les Nations unies estiment que l'addition des différentes promesses de réduction des émissions de GES faites à ce jour par les différents pays ne permettrait de limiter la hausse des températures qu'à 3°C. On est très loin du compte pour atteindre la limite des 2°C préconisés par le GIEC ou des 1,5°C défendus par de nombreux pays pauvres et insulaires.


Premier pas vers un accord politique non contraignant


Mercredi, la présidente de la conférence, la danoise Connie Hedegaard, a démissionné. Elle avait lancé l'initiative de négociations « off » pays par pays sans convier les délégués, fait preuve d'une nette tendance à favoriser les pays du Nord, et lancé la rédaction unilatérale d'un texte de synthèse qui avait mis le feu aux poudres. Elle a été remplacée au pied levé par le premier ministre danois, Lars Løkke Rasmussen, connu pour être le premier à avoir parlé d'accord « politiquement » contraignant en lieu et place d'un accord juridiquement contraignant.


Défilé de chefs d'États


Hier sont arrivés les chefs d'États, et ce sont les regards des médias du monde entier qui se sont braqués sur Copenhague. C'est le temps des grandes déclarations, le retour de la maison qui brûle et des dirigeants qui continuent de regarder ailleurs : N Sarkozy négocie seul et se pose en sauveur, B Obama ne sera présent que 5 heures, et l'accord contraignant est déjà pratiquement enterré.


Cellule de crise au Sommet


Jeudi soir, une cellule de crise a été mise en place pour tenter d'éviter le fiasco annoncé. Une trentaine de chefs d'État et de gouvernement (États-Unis, Union européenne, Chine, Inde, Afrique du Sud, Brésil, Bangladesh, Lesotho, Algérie ...) travaillent depuis à un projet de déclaration politique, qui servirait de chapeau à l'accord « technique », sur la base d'un texte proposé par les Nations unies. Ce texte doit être soumis aux 130 pays participants dans l'après-midi de vendredi.


Pagaille au Bella Center


Les délégations des ONG, pourtant dûment accréditées, se voient refuser désormais l'accès au centre des négociations. Jeudi, leur nombre d'entrées a été abaissé à 300. Vendredi, ce chiffre serait tombé à 90. Les ONG sont paradoxalement victimes du succès de ce Sommet où les chefs de gouvernements du monde entier, après avoir tergiversé sur leur participation, se bousculent désormais. Le Bella Center a une capacité d'accueil de 15.000 personnes, mais 46.000 accréditations ont été accordées, avec à titre d'exemple 3.500 journalistes et une délégation du Brésil composée de 700 représentants ! Les mobilisations citoyennes se poursuivent donc devant le Bella Center et au Klimaforum, en centre ville.


Bientôt l'heure du bilan


Le bilan de Copenhague va bientôt pouvoir être tiré. Mais on peut d'ores et déjà identifier les points qui auront marqué le déroulement du Sommet : l'opposition entre les deux plus grands pollueurs que sont la Chine et les États-Unis, la montée sur le devant de la scène des pays pauvres et émergents et de leurs revendications vis à vis des pays industrialisés, le fiasco de la présidence Danoise et de l'organisation au Bella Center, et la répression vis à vis des ONG et mouvements citoyens.


Nous y reviendrons dans les prochaines heures.

Publié par Mathieu Agostini, Corinne Morel Darleux, Christophe Ventura - dans Ecologie - Energie - Planification écologique

Rejoignez nous !

Adhérer - Contacter - Forum

adhesion.png

Pour nous contacter dans le Loiret : cliquez ici

Pour rejoindre le forum
(réservé aux adhérents 45) : cliquez ici