19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 22:18



Le 9 janvier 2009 s'est tenue au Sénat une conférence de presse avec Michael Youlton, coordonateur du NON de Gauche en Irlande, Raquel Garrido, responsable internationale du PG, et Jean-Luc Mélenchon.

Michael Youlton y a rappelé que suite au vote NON le 12 juin 2008, le Gouvernement irlandais avait  commandé une enquête pour tenter d'expliquer le vote, rapport qu'il a soumis à la Commission européenne. Il en ressort clairement que les points du « package » proposé aux irlandais fin décembre lors du dernier Sommet européen présidé par Nicolas Sarkozy - à savoir le maintien d'une commissaire irlandais, du faible taux d'imposition sur les sociétés, et de l'avortement-, ne figurent pas parmi les motifs majoritaires du vote NON. Selon l'étude, 2% des irlandais ont voté NON pour garder un commissaire, 1,5% pour garder un faible impôt sur les sociétés, et quant à l'avortement, le sujet n'est même pas abordé dans l'étude ! Alors que la Commission s'était donnée une période de réflexion pour réagir au rapport du Gouvernement irlandais, on voit que comme en France, il y a une tentative de donner, à postériori, une lecture nationaliste du vote NON.

Comme l'a expliqué Raquel Garrido,  « le package irlandais » est une manœuvre grossière de la part de la Commission, dans la mesure où Le Traité de Lisbonne ne peut entrer en vigueur dans aucun pays tant que les 27 Etats membres ne l'ont pas ratifié. Si l'on devait qualifier juridiquement le package, il s'agit donc d'une « promesse de révision ultérieure du Traité », qui impliquerait que les irlandais aient voté, par un nouveau référendum, POUR  la ratification du même Traité de Lisbonne, et non pour un Traité révisé ou amendé ou même accompagné d'un protocole annexe.. C'est bien le même texte qui doit être soumis à nouveau aux irlandais.

Si le résultat délirant escompté par la Commission voit le jour, à savoir que les irlandais disent OUI après avoir dit NON, alors les Tchèques pourraient ratifier à leur tour le Traité de Lisbonne. En effet, comme l'a dit le Premier Ministre tchèque, la République tchèque ne ratifiera le Traité que lorsque les irlandais auront voté OUI. Comme premier argument, le Président tchèque a déclaré à la presse : « Je déteste le Traité de Lisbonne »...

Comme on l'a dit, ce n'est que suite à la ratification par les 27 Etats Membres que le Traité entrera en vigueur, et ensuite ? Ensuite il faudra (soi-disant) tout recommencer pour voter la révision promise aux Irlandais !! Deux possibilités sont dès lors ouvertes : soit la révision n'aura jamais lieu et les irlandais se seront faits tout bonnement berner, soit une révision s'enclenche, mais alors nous revendiquerons que les français puissent s'exprimer par référendum sur le nouveau traité ! Le Traité de Lisbonne prévoit la révision en ces termes : « Les modifications entrent en vigueur après avoir été ratifiées par tous les États membres conformément à leurs règles constitutionnelles respectives."(Art. 48 TUE). ». Pas facile.

En attendant, le Collectif irlandais du NON de Gauche au Traité de Lisbonne se prépare à recommencer la campagne référendaire, qui sera peut-être programmée au mois d'octobre 2009, référendum dont-ils déplorent la tenue car, en français comme en anglais, « NON ça veut dire NON » ! Jean-Luc Mélenchon l'a rappelé s'agissant des français dont le vote du 29 mai 2009 n'a pas été respecté. Les français, qui eux n'ont pas de référendum à l'horizon, devront utiliser les élections européennes pour dire NON au Traité de Lisbonne.

Publié par PG 45 - dans Rencontres - Discussions

Rejoignez nous !

Adhérer - Contacter - Forum

adhesion.png

Pour nous contacter dans le Loiret : cliquez ici

Pour rejoindre le forum
(réservé aux adhérents 45) : cliquez ici